Laurie Styliste » Laurie Styliste

Masthead header

Journée sans maquillage : Souvenirs-Réflexion-Fierté assumée des 2 côtés !

Vous souvenez-vous la première fois où vous avez maquillé vos yeux ? Ou était-ce vos lèvres ? Ma première expérience avec le maquillage s’est révélée quelque peu traumatisante du haut de mes 6 ans. Ma gardienne avait eu l’idée (ou avait simplement plié à ma demande) d’appliquer du bleu sur mes paupières et du rose sur mes joues avant l’arrivée de ma mère qui m’emmenait à l’école… Ola la, ma gardienne a deviné son erreur simplement à voir l’expression sur le visage de ma mère… Je suis sorti de la voiture avec non pas du bleu sur les yeux, mais bien une rougeur quasi totale due au mouchoir utilisé à me nettoyer ! Et en voiture, vous devinez que le démaquillant s’appelle « Salive de Maman »…

 

Ma deuxième expérience avec le maquillage s’est révélé « un mal nécessaire ». J’avais 7 ans. Maman avait reçu une lettre de la prof de ballet jazz expliquant le costume et le style recherché pour le spectacle de fin d’année. Look des années 50, jupe circulaire et maquillage pour la scène. Je ne sais plus s’il y a eu une rencontre entre les deux parties, mais je me souviens de mes pommettes rouges et de ma bouche drôlement définie par le rouge à lèvres.

 

Ma troisième expérience fût celle assumée de ma main qui fouille dans le tiroir de la chambre de bain. J’ai 13 ans et j’ai décidé ce matin-là que j’allais à l’école avec du mascara. Je ne me souviens pas de la réaction de Maman. Mais je pense que ça allait puisque je me suis démaquillée le soir avec son démaquillant AVON… Et s’en est suivi la tendance du  crayon noir; et plus tard l’expérimentation des couleurs presque fluorescentes sur mes paupières sans parler du rouge à lèvres de couleur argent… Aucun commentaire à ajouter ici…

Ellen Von Unwerth Via Nad Firme

 

Un jour, je me suis rendu compte que je ne me reconnaissais pas lorsque je n’étais pas maquillée ! Comme si une fois habillée et coiffée, il manquait quelque chose d’essentiel. C’est devenu un automatisme, un indispensable à la routine du matin, comme la douche et le port de sous-vêtements ! Pour plusieurs femmes, ça fait partie de nous, et maintenant, c’est perçu comme un exploit de rester au naturel.

 

Je ne me mentirai pas. Je préfère mes yeux avec un trait d’eye liner et un mascara parce que ça a pour effet d’agrandir mon regard et c’est ce que j’aime. Mais depuis quelques temps, avant d’appliquer le premier trait de crayon, je me demande pourquoi je m’oblige à le faire. Et pouvez-vous croire qu’il m’arrive de déposer le pinceau et de ranger le tout dans le tiroir ? Oui, il se peut que je passe plus 3 jours sans maquillage. Trois jours où je visite l’épicerie, le gym, l’imprimeur… Mais il m’arrive aussi que je j’opte pour une image stylée, professionnelle et que le mascara me donne confiance en soi ! C’est psychologique, oui c’est vrai, mais je l’assume totalement, comme les jours où je suis fière de moi (même si  j’ai un air plus fatigué) parce que j’ai fait le choix de bouder mes amis Lancôme, L’Oréal et Mac.