Laurie Styliste » Laurie Styliste

Masthead header

Ça circule sur le web… Alegory Paris lancerait bientôt les nouvelles chaussures aux talons amovibles ! Si le projet fonctionne, nous pourrions passer de talons aiguilles de 4 pouces à talons carrés de 2 pouces en 10 secondes !

Dans l’imagination et le meilleur des mondes selon Laurie, voici ce que ça donnerait : ce sont mes chaussures préférées, en cuir noir, top confort… Nous sommes vendredi, je pars travailler avec mes chaussures adorées aux pieds et mes talons de deux pouces de hauteur. La journée passe, il est 17 h. Je roule davantage le bas de mon jean Boyfriend, je change mes talons pour ceux de 3 pouces et je suis déjà prête pour ce petit 5@7 avec les gens du bureau. Je fais la rencontre d’un prince charmant (je suis toujours dans mon imagination) et il m’invite à aller manger dans ce nouveau restaurant très classe à 2 coins de rue d’ici. Je porte un jean…oui, mais à défaut d’avoir ma jupe noire ultra sexy dans ma bourse, j’ai mes talons aiguilles qui séduiront à coup sûr mon prince charmant… La suite ? Mais non, je n’ai pas besoin de remettre mes petits talons pour revenir à pied à la maison puisque mon prince me raccompagne sur son cheval blanc !

Source et crédit : www.petitpetitgamin.com

Vous souvenez-vous la première fois où vous avez maquillé vos yeux ? Ou était-ce vos lèvres ? Ma première expérience avec le maquillage s’est révélée quelque peu traumatisante du haut de mes 6 ans. Ma gardienne avait eu l’idée (ou avait simplement plié à ma demande) d’appliquer du bleu sur mes paupières et du rose sur mes joues avant l’arrivée de ma mère qui m’emmenait à l’école… Ola la, ma gardienne a deviné son erreur simplement à voir l’expression sur le visage de ma mère… Je suis sorti de la voiture avec non pas du bleu sur les yeux, mais bien une rougeur quasi totale due au mouchoir utilisé à me nettoyer ! Et en voiture, vous devinez que le démaquillant s’appelle « Salive de Maman »…

 

Ma deuxième expérience avec le maquillage s’est révélé « un mal nécessaire ». J’avais 7 ans. Maman avait reçu une lettre de la prof de ballet jazz expliquant le costume et le style recherché pour le spectacle de fin d’année. Look des années 50, jupe circulaire et maquillage pour la scène. Je ne sais plus s’il y a eu une rencontre entre les deux parties, mais je me souviens de mes pommettes rouges et de ma bouche drôlement définie par le rouge à lèvres.

 

Ma troisième expérience fût celle assumée de ma main qui fouille dans le tiroir de la chambre de bain. J’ai 13 ans et j’ai décidé ce matin-là que j’allais à l’école avec du mascara. Je ne me souviens pas de la réaction de Maman. Mais je pense que ça allait puisque je me suis démaquillée le soir avec son démaquillant AVON… Et s’en est suivi la tendance du  crayon noir; et plus tard l’expérimentation des couleurs presque fluorescentes sur mes paupières sans parler du rouge à lèvres de couleur argent… Aucun commentaire à ajouter ici…

Ellen Von Unwerth Via Nad Firme

 

Un jour, je me suis rendu compte que je ne me reconnaissais pas lorsque je n’étais pas maquillée ! Comme si une fois habillée et coiffée, il manquait quelque chose d’essentiel. C’est devenu un automatisme, un indispensable à la routine du matin, comme la douche et le port de sous-vêtements ! Pour plusieurs femmes, ça fait partie de nous, et maintenant, c’est perçu comme un exploit de rester au naturel.

 

Je ne me mentirai pas. Je préfère mes yeux avec un trait d’eye liner et un mascara parce que ça a pour effet d’agrandir mon regard et c’est ce que j’aime. Mais depuis quelques temps, avant d’appliquer le premier trait de crayon, je me demande pourquoi je m’oblige à le faire. Et pouvez-vous croire qu’il m’arrive de déposer le pinceau et de ranger le tout dans le tiroir ? Oui, il se peut que je passe plus 3 jours sans maquillage. Trois jours où je visite l’épicerie, le gym, l’imprimeur… Mais il m’arrive aussi que je j’opte pour une image stylée, professionnelle et que le mascara me donne confiance en soi ! C’est psychologique, oui c’est vrai, mais je l’assume totalement, comme les jours où je suis fière de moi (même si  j’ai un air plus fatigué) parce que j’ai fait le choix de bouder mes amis Lancôme, L’Oréal et Mac.

Hier soir, j’ai fait quelque chose que j’adore (c’est le temps ici de sentir un peu l’ironie de ma phrase) ! J’ai fait le ménage du garde-robe d’entrée.  Les chaussures garrochées dans le fond et le grand retour de la mitaine perdue…  Si vous êtes comme moi, classer des choses concrètes comme la penderie de l’entrée, c’est aussi faire du ménage dans sa tête. Et une fois que c’est fait, mauzuse qu’on est bien ! Ce qui veut dire que toutes mes bottes se sont engouffrées dans la pénombre et que mes sandales ont vu la lumière. Il commence à faire plus chaud, on range les manteaux. La fourrure laisse place aux vestons, trenchs et jeans jackets. Yay ! J’en profite pour vous donner quelques petits trucs, histoire d’avoir une penderie des plus pratiques et organisées !

Premièrement, pour débuter la saison, il faut faire de la place. Tous les articles hors saison doivent être entreposés. Sous-sol, garage, grenier. Tout dépend ce que vous y entreposez en fait… Un endroit sec et à l’abri de tout ce qui pourrait être dommageable pour vos petites merveilles… Dans mon cas, c’est difficile de pouvoir TOUT entreposer ailleurs… Alors j’ai fait le choix de garder tous mes manteaux à l’entrée et j’ai entreposé tout le reste : bottes, chapeaux, foulards chauds et mitaines. Même chose pour les bourses en feutres et celles qui s’agençaient parfaitement avec mes bottes…

Avant de tout ranger, il est recommandé de nettoyer. Je vous conseille d’enlever le calcium et la saleté de vos bottes et de mettre un protecteur sur le cuir. On appelle ça se donner une chance ! Peut-être que vous n’aurez pas à débourser à nouveau pour vos classiques à l’automne prochain. Pour ce qui est des manteaux, je préfère attendre la saison automnale pour les envoyer chez le nettoyeur. Il m’est trop souvent arrivé de dépenser des sommes de fou et de ne jamais reporter mes manteaux à l’automne parce qu’ils ne sont plus au goût du jour, ou simplement parce que j’ai envie de nouveauté ! Bref, j’enlève les taches avec un chiffon humide, je passe le rouleau rammasse-poils et je m’assure qu’ils se trouvent sur des cintres en bois solides pour qu’ils ne se déforment pas.

Ensuite, il faut faire un choix dans les sandales et chaussures à laisser à l’entrée. Se fixer une limite de deux par membre de la famille. Donc, ici, c’est souvent les basics qui s’y retrouvent : une paire de chaussures et une paire de sandales tout-allée. Les autres peuvent être laissées dans la chambre à coucher si l’espace le permet.

La penderie à l’entrée est pratique si elle contient :

– Des paniers ou cubes de rangements (souvent placés en hauteur sur une tablette) pour les chapeaux, casquettes, etc.

– Des crochets pour encourager les enfants à ranger eux-même leurs vêtements (n’oubliez pas qu’ils doivent être installés à leur hauteur).

– Des cintres et de l’espace de libre pour les manteaux des invités.

Quelques astuces :

  • Utilisez l’espace verticale en y installant un porte-chaussure à casier pour la saison estivale et un cintre à foulards qui facilitera le choix lors des matins pressés !
  • Regroupez les accessoires par genre ou pourquoi pas un panier pour chaque membre de la famille.
  • Réservez un crochet pour les sacs réutilisables. C’est une belle façon de ne pas les oublier pour l’épicerie la semaine prochaine.
  • Utilisez un mini-panier pour le rouleau ramasse-poils et nettoyeur pour les chaussures. Après tout, c’est souvent lorsque l’on est prêt à partir que l’on constate qu’on en a besoin !

Voici ce qui n’existe pas. Voici le Hall d’entrée du bonheur dans un monde idéal remplie de perfection…

Source : Pinterest via the poursuitaesthetic.tumblr.com

Source : Pinterest via the poursuitaesthetic.tumblr.com

Si ça pouvait ressembler à ça à longueur d’année, ce serait le bonheur total…;)Mais bon, on est dans la vraie vie ici ! Vous pouvez quand même aller voir mon tableau sur Pinterest pour vous donner un peu d’inspiration ! Et t’en qu’à être là, abonnez-vous et suivez-moi !

 

 

J’ouvre un oeil… Eh oui, le matin est entré dans ma chambre par les failles du store en faux bois… Je saute dans mes pantalons en coton gris et j’opte pour le peignoir noir en coton que mon chat adore « empoiler » de beige… Je mets en marche la machine à café en me disant que ce matin, il devra performer dans son travail… parce que je me sens très endormie ! J’ouvre la porte patio et aussitôt, le chat se faufile entre mes jambes et va sentir les rayons de soleil, ses grands yeux bleus aveuglés par toute cette lumière si plaisante et réconfortante…  Du coup, assise sur le bout de la chaise longue, je n’ai plus besoin de mon café. Je frisonne un peu mais je me sens vivante, presque zen. Wow, l’effet que l’air frais matinal a sur moi !

Je suis à mon top le matin parce que c’est un jour nouveau, et que je veux en faire une belle journée, à chaque fois. Maintenant que je travaille la plupart du temps à la maison, j’ose vous dire que je me gâte en flânant « en mou » une heure ou deux avant d’aller prendre une douche. Et après, vient l’étape du plaisir à choisir ce que je vais porter aujourd’hui. Le courant d’air du couloir me rappelle que ce n’est pas l’été encore, mais coordonner un cardigan en lainage léger à ma robe sans manches, c’est un semblant d’été et c’est assez pour me faire sourire ! Un petit foulard en soie, des bracelets qui s’entrechoquent au rythme de mes pas, et voilà, je suis prête pour cette belle journée. Elle est déjà belle parce que j’ai pris du temps pour moi avec la lumière, l’air frais, mon pantalon mou… Elle est déjà belle parce que j’ai pris le temps de choisir ma tenue et de me faire plaisir en enfilant cette petite robe d’été, même si c’est un sacrilège pour certains à pareille date ! Elle est déjà belle cette journée parce que je sais qu’en étant bien dans mes vêtements, je me sens capable de relever bien des défis !

Bon matin !

Je vous partage ici ma définition, celle de Laurie-Styliste, ma philosophie et ma mission, celles que je veux partager avec vous ! Parce que c’est un autre beau rêve qui devient réalité !

 

MA PHILOSOPHIE

J’oeuvre dans le milieu de la mode et de l’habillement depuis plus de 16 ans déjà. Diplômée du Campus Notre-Dame-de-Foy en Commercialisation de la mode, j’ai par la suite mis en pratique tout ce bagage intellectuel de tendances et de communication.

Styliste et passionnée de mode féminine, j’ai découvert au fil des années que de proposer de beaux vêtements, mais surtout, les bonnes coupes à mes clientes amenaient beaucoup plus pour elles qu’une garde-robe remplit ! Parfois, l’image dans le miroir reflète autant un début de métamorphose intérieure qu’extérieure… Le processus vers une plus grande confiance en soi est enclenché…  Lorsque je peux leur faire voir tout le potentiel qui se dégage d’elles-mêmes quand elles se sentent belles et à l’aise dans leurs vêtements, j’éprouve une grande satisfaction, et elles aussi !

Parce que la confiance et l’estime de soi peuvent nous mener à de grandes choses, le premier pas se fait par l’image que ne projetons. L’habillement et le style à l’avant-plan. Parce que pour moi, se vêtir signifie s’exprimer.

Je n’éprouve pas le besoin de suivre toujours les tendances ou d’en adopter qu’une seule. Tantôt classique, tantôt bohème; chacune de mes tenues me ressemble et me représente, tel que je suis, unique et stylée à ma façon.

MA MISSION

J’ai pour ambition de vous aider à trouver votre voie pour une Image qui vous ressemble. À l’écoute de vos besoins, mon travail est de révéler votre potentiel et de mettre en valeur vos qualités ! Le tout, par l’image et l’habillement.